Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 21:53

Comment en sommes-nous arrivés là ? Vous comme moi avons maintes et maintes fois vu, ou entendu parler de ces films d’anticipation qui nous annoncent immanquablement l’extinction de la race humaine. Ils ne retiennent pour la plupart que deux scénarios : D’un côté les extra-terrestres vindicatifs et technologiquement beaucoup plus avancés que nous, et, de l’autre,  le retournement de notre propre technologie contre nous. Mais pourquoi aller chercher si loin un ennemi lorsqu’il est en nous. Souvenons-nous des paroles de Pierre Desproges sur scène :

Mais où avez-vous vu qu'elle était respectable la personne humaine ?
Vous avez entendu chanter Francis Lalanne ?
Vous avez entendu penser un footballeur ?
Vous avez vu les yeux morts des terrifiants zombies à chapeau mou alignés devant les chars apocalyptiques des 1er mai moscovite ?
Avez-vous entendu le décérébré radiophonique meugler les résultats du " Top 50 " ?
Avez-vous reniflé les effluves de sang lourd épanché du taureau sacrifié au crétin bariolé qui brandit sa queue fauve au nez des connes humides des étés madrilènes ?
Avez-vous touché du doigt le fin fond de la bassesse au front des marchands de femmes accroupies ?
Avez-vous, sans bouillir, essayé Génie ?
Vous avez lu Télé 7 jours ?
Vous vous êtes regardés ?
Vous m'avez vu dans la glace ?
"

Notre déshumanisation est en marche. Sournoise, rampante, masquée derrière le visage souriant du divertissement. Non, mais sans rire ! Vous avez mis le nez devant votre télévision récemment ? Toucherons-nous enfin le fond un jour ? Ce n’est pas sûr… Depuis l’aventure du Loft, nos émissions ne cessent de rechercher plus humiliant et voyeur. Elles n’ont de cesse de nous renvoyer l’image de notre médiocrité intrinsèque en nous regardant en retour nous vautrer avec complaisance dans cette auto-suffisance d’espèce dominante. Mais le pire n’est pas là, bien que cette diversion soit parfaitement orchestrée. Quand il est si aisé de critiquer ouvertement la télé-réalité,  le diable se pare des habits de l’information, le tentateur se vêt de la dite rigueur journalistique pour diluer insidieusement son message uniformisateur : “Ayez peur et vous serez mouton ! Tremblez, je serai votre sauveur ! Croyez, je vous offrirai LA vérité !”

Vous ne me croyez pas ?

Vous êtes-vous déjà penché sur la programmation récurrente de nos dix-huit chaines en clair ? Avez-vous compté ce que chaque semaine vous offre de reportages “sur le vif” ? Avez-vous suivi les policiers de la Brigade de Répression du Banditisme, les légionnaires, les as de la Brigade Anti-Criminalité, les shérifs de la route ? Avez-vous profité des techniques d’entrainement au combat des membres du GIGN ? Non ??? Pas grave ! La semaine prochaine, vous pourrez bien voir ou revoir un reportage engagé sur le GIPN ou sur les soldats du feu. Et puis, si vraiment vous êtes de mauvaise foi, que vous avez raté par inadvertance toutes ces minutes de programmation fantastiques qui vantent les mérites de la force publique, de la sécurité, du muscle et de la loi, rassurez-vous, il vous restera  bien encore l’équipe de lutte contre les pickpockets du métro parisien. Pauvres de nous !
Vous êtes vous déjà interrogé sur les raisons de ces choix éditoriaux ? J'y vois l’orchestration d’un sentiment d’insécurité permanent qui ouvre les oreilles et prépare la conscience à recevoir n’importe quel message lénifiant. J’y vois une manipulation (du moins ai-je le secret espoir que c’en soit une ! Il ne manquerait plus que ce ne soit pas fait exprès !!! ).

Un autre point mérite d’être examiné puisque nous en sommes aux choix éditoriaux : Les journaux télévisés. Si vous en avez le temps et l’envie, cessez d’écouter le contenu des sujets évoqués et penchez vous sur les enchainements de ces sujets. Oubliez le fond et examinez la forme. Demandez vous à chaque instant ce qui guide le rédacteur en chef pour placer les sujets dans cet ordre plutôt que dans un autre. Il y a des associations qui ne peuvent être le fruit du hasard, des transitions qui en disent long sur les associations d’idées suggérées aux téléspectateurs.

La question de l’intégrité journalistique doit être posée. Il faut virer les vers du fruit pour sauver ceux qui font encore leur travail avec la seule vocation d’informer sans jugement prémâché. Il ne peut plus y avoir de quête de l’immédiateté dans cette profession. Le “scoop” tue l’intégrité et la qualité. J’en veux pour preuve ces ânes (il n’y a pas d’autre mot) qui prennent une antenne en direct pendant cinquante minutes devant un grand “Rien” pour dire… qu’ils ne savent rien à ce moment précis mais que peut être qu’ils en sauront plus dans quelques secondes et qui vous le délayent dans un verbiage dont la syntaxe laisse cruellement à désirer.  Mais où va-t-on ! S’il vous plaît ? Faites-les taire !

Partager cet article

Repost 0
Published by Franz - dans Médias
commenter cet article

commentaires

DEVISE & OBJECTIF

« S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ! » disait la devise Shadok.
Ça me paraît un excellent point de départ...

 

Shadok Devise

Archives